Le salon de Sabrina

Un forum pour se détendre et parler de ce que l'on veut, dans le respect et la bonne humeur.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Kafka - Le Procès

Aller en bas 
AuteurMessage
servius_tullius
héraut


Nombre de messages : 62
Age : 38
Localisation : Canada
Date d'inscription : 21/09/2006

MessageSujet: Kafka - Le Procès   Ven 12 Sep - 11:44

Cet été, j'ai lu Le Procès, le classique écrit par Kafka. Malheureusement, j'en ai tellement entendu parler avant de le lire que cela m'a rendu critique envers le livre. Quoi qu'il en soit, voici un bref résumé et mon commentaire de ce roman.

Joseph K..., un banquier d'une grande ville, se fait arrêter, il est accusé. De quoi? On ne le lui dit pas. Si malgré tout, il jouit d'une liberté relative (il habite toujours chez lui, continue de travailler), son accusation devient plutôt comme une sorte de gangrène et qui affaiblit K... peu à peu. On l'amène à un interrogatoire, où en fait, on ne lui pose aucune question, il y a plutôt d'un discours sur le droit et la moral. Les semaines suivent, on suit les hauts et les bas de cet homme de 29 ans, avec les femmes, la famille, les colocataires de sa pension, un artiste de la cour, l'aumônier de la cour, etc. Enfin, peu de chose à voir avec son procès.

Lorsque j'entendais parler de ce livre, on affirmait dans le même souffle que c'était une critique des dictatures, de ces états qui accusent sans dire de quoi est accusé l'individu. Or, il est précisé au début du roman, que la société dans laquelle habite K... n'est pas autoritaire, mais est un grand pays libéral (Kafka ne mentionne jamais ni le nom du pays, ni le nom de la cité). D'autre part, on sous-tend lorsqu'il s'agit d'un pays dictatorial qu'on s'en prend souvent à des boucs-émissaires, pour la majorité du temps, un pauvre type sans instruction. Ici, c'est un banquier, un homme cultivé ayant une copine, une vie sociale. Je crois, en fait, que Kafka veut nous amener plutôt sur une piste autre que celle du pays autoritaire. J'y vois surtout une critique du système étatique, énorme, immense, anonyme. Ce genre de fonctionnaria si immense qu'il est possible qu'une erreur s'y glisse tel que la mise en accusation d'un citoyen innocent. Le livre démontre bien ces exemples plus d'une fois. D'autre part, si rien nous démontre la culpabilité de K... rien nous démontre son innocence sauf K... lui-même et c'est ce doute permanent qui peut déranger, où en est l'enquête, de quoi l'accuse-t-on? Et c'est toujours cette arrière-pensée qui peut devenir stressant à la longue et que toujours affligé de ce stress quotidien que K... en vient à négliger son métier, son entourage. Je reviens à la notion de culpabilité, il ne suffit pas de se croire innocent moralement pour se croire à l'abri de la loi. La loi juridique est vaste, pas toujours conforme à la morale et il se peut très bien qu'une faute que K... ait fait soit un acte punissable et comme on dit, nul ne doit ignorer la loi...

Malgré tout, par une perception personnelle, je crois K... innocent, donc, je crois que Kafka voulait mettre l'emphase sur un système étatique déficient, lourd, maladroit, anonyme, sans coeur et qui ne se remet jamais en question (car comme il est dit, lorsqu'une personne est accusée, elle deviendra coupable) et que par ses défauts, une personne peut malgré elle se retrouver prises dans ses rouages et doit payer pour la faute d'individus qui lui sont totalement étranger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Kafka - Le Procès
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Procès suite au blocage du train de déchets nucléaires italiens
» Le procès de Guillaume
» Meurtre de Laetitia : le procès de la récidive
» 1528 - Procès Du CHILLOU, Du BEC
» Car ils croyaient brûler le Diable en Normandie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le salon de Sabrina :: Visions sur le Monde :: Arts et Littérature.-
Sauter vers: