Le salon de Sabrina

Un forum pour se détendre et parler de ce que l'on veut, dans le respect et la bonne humeur.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Boris Vian.

Aller en bas 
AuteurMessage
obiwan kenobi
Admin
avatar

Nombre de messages : 263
Date d'inscription : 23/03/2006

MessageSujet: Boris Vian.   Sam 13 Mai - 11:32



Boris Vian (10 mars 1920, Ville-d'Avray, près de Paris - 23 juin 1959, Paris) était un écrivain français, un ingénieur, un inventeur, un poète, un parolier, un chanteur, un critique et un musicien de jazz (plus exactement trompettiste). Il a également publié sous le pseudonyme de Vernon Sullivan, et pris d'autres pseudonymes comme Bison Ravi (anagramme de son nom).


Biographie
Formé à l'École Centrale, puis ingénieur à l'Association française de normalisation (AFNOR), il reçut également le titre de satrape du Collège de ’Pataphysique.

Il a écrit 11 romans, 4 recueils de poèmes, plusieurs pièces de théâtre, des nouvelles, de nombreuses chroniques musicales (dans la revue Jazz Hot), des scénarios de films, des centaines de chansons, etc., le tout avec une verve qui lui est propre.

Son premier roman célèbre (sous l'hétéronyme de Vernon Sullivan) a été J'irai cracher sur vos tombes, écrit en 1946. Ce fut un roman très controversé, (notamment parce qu'il fut retrouvé sur les lieux d'un crime passionel) qui lui valut d'être condamné en 1950 pour outrage aux bonnes mœurs. S'ensuivent des romans tout aussi noirs et sarcastiques : Les Morts ont tous la même peau, Et on tuera tous les affreux, Elles se rendent pas compte.

Sous son propre nom, il a écrit des romans plus fantastiques, poétiques et burlesques, l'un des plus connus étant L'Écume des jours mais il y a aussi L'Arrache-cœur, L'Herbe rouge, etc.

Il était également auteur de jeux, histoires courtes et chansons, et fervent défenseur de la ’Pataphysique.

Le jazz était sa passion, il a souvent joué au Tabou, célèbre club de Saint-Germain-des-Prés (il jouait de la trompette de poche, qu'il avait baptisée « trompinette »), mais a été aussi directeur artistique chez Philips et chroniqueur dans Jazz Hot de décembre 1947 à juillet 1958 d'une "revue de la presse" explosive et extravagante.
Henri Salvador disait de lui : « il était un amoureux du jazz, ne vivait que pour le jazz, n'entendait, ne s'exprimait qu'en jazz ».

Sa chanson la plus célèbre (parmi les 460 qu'il a écrites) est Le Déserteur, chanson pacifiste écrite à la fin de la guerre d'Indochine (soit le 15 février 1954), juste avant la guerre d'Algérie.

Amoureux de la culture américaine, il a également traduit en français le grand classique de la science-fiction qu'est le Monde des Ā d'A. E. van Vogt, tout comme sa suite les Joueurs du Ā. Il a également traduit Raymond Chandler, ainsi le poème Jabberwocky de Lewis Carroll, extrait de De l'autre côté du miroir.

Il a fait quelques apparitions sur scène, au théâtre et dans quelques films. Il joue par exemple le Cardinal de Paris (!) dans Notre Dame de Paris de Jean Delannoy.

Le matin du 23 juin 1959, Boris Vian était à la première du film inspiré de son roman J'irai cracher sur vos tombes. Il avait déjà combattu les producteurs, sûrs de leur interprétation de son travail, et publiquement dénoncé le film, annonçant qu'il souhaitait faire enlever son nom du générique. Quelques minutes après le début du film, il s'effondre dans son siège et meurt d'une crise cardiaque en route vers l'hôpital.


Ses principaux romans et œuvres poétiques
L'Écume des jours 1947
L'Automne à Pékin 1947
Vercoquin et le plancton 1947
Cantilène en gelée (recueil de poèmes) 1949
Les Fourmis 1949
L'Herbe rouge 1950
Le Ratichon baigneur 1950
L'Arrache-cœur 1953
Le Goûter des généraux 1962, théatre
Troubles dans les andains 1966
Le Loup-garou (recueil de nouvelles, publié en 1970)
Les Bâtisseurs d'empire, théatre
Et sous le pseudonyme de Vernon Sullivan :

J'irai cracher sur vos tombes 1946
Les Morts ont tous la même peau 1947
Et on tuera tous les affreux 1948
Elles se rendent pas compte 1950
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Boris Vian.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Boris Vian, ou l'amour de ma vie.
» le Landemer
» Meilleurs livres ?
» Évian-les-Bains (74)
» Boris Haguenauer [François]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le salon de Sabrina :: Visions sur le Monde :: Arts et Littérature.-
Sauter vers: